L'Austrasie sous Dagobert

Dagobert a gouverné lui même l'Austrasie pendant les premières années de son règne; mais son opportunisme l'a conduit plus tard à séparer les deux royaumes. Certes, Pépin de Landen est toujours resté le plus fidèle de ses conseillers, et l'affection même que ce maire du palais d'Austrasie éprouvait pour le roi neustrien l'a desservi auprès de ses compatriotes austrasiens, qui avaient un particularisme ombrageux. Dagobert, qui semble avoir été un fin politique, sentit qu'il était nécessaire de donner un roi distinct à cette partie de ses États.

La onzième année de son règne [633], Dagobert venant dans la ville de Metz établit comme roi d'Austrasie son fila Sigebert (âgé alors de trois ans), avec le consentement des pontifes, des grands et de toute l'aristocratie du royaume, et lui permit d'avoir sa résidence dans la cité de Metz; il chargea Cunibert, pontife de la ville de Metz, et le duc Adalgise de gouverner le palais et le royaume. Il remit à son fils un trésor suffisant pour qu'il pût remplir dignement la haute situation à laquelle il venait de l'élever et confirma par des diplômes scellés toutes les largesses qu'il lui avait faites.

La douzième année de son règne, un autre fils nommé Clovis lui étant né de la reine Nanthilde, Dagobert conclut, sur le conseil et l'avis des Neustriens, avec Sigebert son fils, un pacte que tous les grands austrasiens, les évêques et les autres leudes s'engagèrent par serment à respecter au moyen de leurs mains. D'après ce pacte, la Neustrie et la Bourgogne réunies appartiendraient au royaume de Clovis après le décès de Dagobert; d'autre part, l'Austrasie ferait également un bloc, parce qu'elle avait une population et une superficie équivalentes; elle devait appartenir entièrement au royaume de Sigebert. Le roi Sigebert recevrait tout ce qui avait appartenu autrefois au royaume d' Austrasie pour le soumettre à son pouvoir et y exercer perpétuellement sa domination, à l'exception du duché de Dentelin, qui avait été confisqué d'une façon inique par les Austrasiens et qui fut à nouveau réuni à la Neustrie et placé sous le gouvernement de Clovis. Par crainte de Dagobert, les Austrasiens furent contraints bon gré mal gré de consentir à ce traité.