les grandes invasions

 

Les premiers envahisseurs. - On s'est représenté longtemps les grandes invasions comme une avalanche e hordes germaniques et tartares déferlant sur le monde occidental et l'entraînant a la ruine par sa masse. Cette e romantique est aujourd'hui périmée et elle a fait place une conception moins simpliste de la crise tragique qui provoqué la chute de l'empire d'Occident. Le nom que lui ont donné les Allemands : Volkerwanderung (mouvement de peuples), définit mieux, dans son imprécision, le drame qui s'est déroulé sous des formes variées.
Fixer la date initiale des grandes invasions en Gaule serait tâche vaine, car notre pays a toujours vécu et vit encore sous la menace de l'envahisseur d'outre-Rhin. La vérité est que l'armature défensive de l'Empire romain est demeurée assez solide pendant les deux premiers siècles de l'ère chrétienne pour que la frontière rhénane n'ait pas été violée. C'est seulement au III siècle que la digue du Rhin a été rompue et que, pour la première fois en 253 ou 257, puis en 275, un flot de Germaines, Francs et Alamans fit soudain irruption en Gaule. Sans revenir sur ces tragédies que noues connaissons fort mal, bornons nous a rappeler leurs conséquences durables. Sous l'effet de la panique, les populations ont senti leur sécurité menacée. Elle ne se sont pas contentées de cacher leurs trésors, elles ont édifié en hâte autour de leurs cités des fortification. Les ville sont devenues des forteresse et telles elles sont restées jusqu'à la renaissance communale, c'est à dire pendant huit siècles.